Médecin montrant une colonne vertébrale sur une tablette

LA STIMULATION MÉDULLAIRE

En cas d’échec des traitements de première intention pour soulager les douleurs chroniques, votre médecin peut proposer un traitement neurochirurgical antalgique : LA STIMULATION MÉDULLAIRE.

 

Après échec des traitements classiques (se reporter à l’onglet « LES OPTIONS DE TRAITEMENTS »), La neurostimulation, ou stimulation médullaire, est un traitement....est un traitement non médicamenteux possible. Elle est utilisée dans la prise en charge de la douleur neuropathique chronique (lésion du système nerveux) au niveau du dos ou pour des douleurs au niveau des jambes. Elle a pour but d’agir directement sur les structures impliquées dans la transmission du message douloureux.   

La stimulation médullaire est une technique qui existe depuis plus de 50 ans. L’évolution des technologies permet aujourd’hui de soulager un plus grand nombre de patients douloureux chroniques, parmi les personnes éligibles à cette technique.   

Pour plus d’informations, discutez-en avec votre médecin.

PRINCIPE DE LA STIMULATION MÉDULLAIRE

Zoom sur la Neurostimulation

Cette pratique consiste à produire une stimulation électrique de la moelle épinière, dans le but de réduire la sensation de douleur. Cette technique peut se faire par voie percutanée sous anesthésie locale ou par voie chirurgicale sous anesthésie générale. Une électrode (3) (petit fil électrique qui permet de transmettre la stimulation électrique du stimulateur jusqu’au site de la douleur) est implantée au niveau de la moelle épinière, dans la zone douloureuse.

Le but est de court-circuiter le message de la douleur (1). Une période de test d'en moyenne 10 jours est réalisée avant l’implantation définitive du système.

Le stimulateur (petit générateur d’impulsions électriques) (2) est implanté si le test est positif, c'est à dire une diminution de plus de 50% de la douleur. Une télécommande permettra au patient de gérer seul l’intensité de la stimulation en fonction de sa douleur.

Selon les réglages, le patient pourra ressentir une légère sensation de fourmillements ou un soulagement de la douleur, sans aucune autre sensation.

Ce sera alors à lui de choisir l’option qui répondra le mieux à ses besoins.

Note : il existe, comme pour toute intervention chirurgicale, des complications possibles dont vous pourrez discuter avec votre médecin.

qus mark 

DES QUESTIONS ?

 

L'implantation du matériel comporte-t-elle des risques ? 

Comme pour toute intervention, il existe des risques possibles. Veuillez consulter votre médecin pour obtenir plus d'informations.   

Quelles sensations peut-on ressentir avec la neurostimulation ?

Les personnes implantées peuvent ressentir de légers fourmillements à la place de la douleur habituelle, cela peut varier en fonction des paramètres de stimulation.  

Quelle est la durée de vie de mon stimulateur ? 

La longévité de la batterie dépend de vos réglages, de vos conditions de stimulation et du type de stimulateur implanté (rechargeable ou non rechargeable). Veuillez consulter votre médecin référent en cas de question.

À la sortie de l’hôpital, quand serai-je en capacité de conduire ? 

La conduite peut être reprise généralement au bout d’un mois ; vous devez éteindre votre stimulateur au cours du trajet en voiture si vous êtes le conducteur du véhicule car des chocs et secousses peuvent causer une augmentation de la stimulation perçue. Des changements soudains de stimulation peuvent perturber la conduite.   

Une fois implanté, pourrai-je reprendre mon travail ? 

L’équipe médicale qui vous suit sera en mesure d’évaluer par la suite si vous pouvez reprendre votre activité professionnelle. 

Puis-je arrêter mes médicaments après la chirurgie ? 

Il est important de suivre les instructions de votre médecin concernant vos médicaments.   

Est-il possible que je sois allergique au matériel ? 

Il existe exceptionnellement des allergies aux métaux contenus dans le stimulateur. Si tel était le cas, un test d’allergie pourrait être réalisé afin de confirmer cette allergie. Si l’allergie est confirmée, votre médecin évaluera les options disponibles.